CercleSexualité

Moi, mon conjoint et…mon endométriose

Ecrit par 12 mai 2018 1 commentaire

♥ Voici le témoignage de Morgane sur le thème « La Sexualité » ♥

Aujourd’hui, dans cette partie de ma vie, il y a d’abord moi et mon corps, évidemment.
A d’autre moment  : moi et corps + l’amour +  mon conjoint et son corps + ? … mon endométriose !

Cette endométriose et les souffrances qui l’accompagnent me pousse souvent à me détacher, à être en rupture totale avec mon corps afin d’éviter de ressentir la douleur. Au point qu’il en devient impossible bien souvent de ressentir du désir et du plaisir. A ces moments, impossible pour ma part d’accepter d’être toucher par mon conjoint tant mon corps est inconfortable, insupportable et tant j’anticipe les positions qui vont m’écraser le ventre, le supplice d’un toucher à proximité des mes cuisses, mon périnée et la douleur qui va taillader le confin de mon intimité à certain moment du cycle.

A d’autre moment, ma sacro-sainte libido <3 revient ! C’est parfait pendant un temps, puis tout s’arrête net. Grosse déception. Et là, j’assume bien que ces propos ne tiennent qu’à mon expérience : je fais une spéciale dédicace à la pilule que j’ai prise (trop jeune, trop longtemps) qui a longtemps caché les symptômes de mon endométriose et que je rend responsable en partie du dérèglement hormonal qui oeuvre encore dans mon corps.

A certain égard, c’est très malaisant de vous confier cela mais cela génèrent régulièrement des tensions et des frustrations dans mon couple. A tel point que j’ai parfois demandé à mon compagnon de vraiment remettre en question ce « nous deux », ne sachant plus comment faire vivre notre intimité disparue. Cette condition physique me fait honte, m’isole au sein de mon propre couple. Pas de désir, pas de plaisir. Dans ces moments je ne me sens pas femme.

Par ailleurs, en mettant de côté cette endométriose, je crois aussi que j’ai vécu sans m’en rendre compte une pression normative courante : qu’un bon couple, bien portant DOIT faire l’amour tous les jours, qu’en tant que femme notre libido se DOIT d’être régulière,  qu’un orgasme DOIT se présenter à chaque relation ou pénétration, que le désir DOIT venir de lui même.
Stop. TU DOIS / IL FAUT QUE n’est pas un consentement.
Aujourd’hui je me donne la permission de goûter au plaisir, à l’étreinte douce ou sauvage, seulement et seulement si mon corps et mon cycle dit
Ok. Oui ! Je veux !!!

Toutefois, bien qu’il s’agisse d’un témoignage et que la forme de ce dernier invite souvent à s’épancher, je souhaite que toutes puissiez garder le sourire ! Je vous partage ce qui chaque jours m’aide à vivre mon endométriose quand elle s’invite dans ma vie sexuelle (quelle conna***e quand même) :

– s’ancrer : très fort pour garder le contact avec son corps, faite lui confiance.
Je ne suis pas quelqu’un de parfait ni de très constante et c’est bien comme ça mais méditer régulièrement si j’y arrive m’aide à réduire la peur de la douleur présente dans mon corps et à me connecter avec ce dernier.
Que vous puissiez préserver cette sensuelle complicité entre vous et votre corps ! 🙂

– retrouver le désir : allez sur youtube voir la conférence TED X d’Isabelle Constant. Pas très convaincue au début, j’ai pris du plaisir à donner un « date » à mon conjoint.
Que vous puissiez préserver le flow de votre désir vivant et puissant ! 🙂

– se respecter :  c’est aussi accompagner votre partenaire (qui non ne peut définitivement pas deviner ou se situe votre inconfort/douleur du jour) à écouter votre corps.
La caresse c’est comme un scan sensuelle qui met en évidence pour vous et/ou votre partenaire les centimètres carrés de votre corps qui pourront être dévorés, consumés, partagés et aimés.
Que vous puissiez consentir à tout ce qui vous donne envie ! 🙂

Chère Sista, un moment de gratitude
pour les sexes
pour vous toutes,
pour Lunalome,
pour mon conjoint, son amour et son respect,
pour moi de m’accorder tout ce plaisir.

 

Morgane – Paris (FR)

Join the discussion 1 commentaire

  • Cavanna dit :

    Merci à toi de nous confier tes difficultés au delà du fait que je suis bien triste des difficultés que tu rencontres cela m’aide à me regarder moi, à m’obliger un peu à réfléchir à ma situation avec mon endometriose contrôlée par les médocs certes mais par une disparition de plus en plus évidence de désir d’envie de plaisir aux rares occasions. L’amour respectueux existe bien entre mon époux et moi, mais une tristesse l’envahi car il se sent devenir seul de par mon « absence » physique. Sans doute faudrait il que je consulte pour savoir si mon médoc déjà n’interfèrerait pas ma libido, et je sais qu’un malaise plus profond dont je n’ai osé témoigner lors de ton dernier sujet d’ailleurs me tarabusque encore ou prend il le dessus à cause du reste, bref, faudrait que j’accepte de l’aide pour détricoter tout ça Gratitude à toi de te livrer à nous pour que nous apprenions à nous livrer un peu aussi. Ce partage est un grand pas et je te souhaite du mieux

Laissez un commentaire

amet, Praesent libero lectus eleifend efficitur. sit venenatis,